Un travail exemplaire

A l’heure où le gouvernement veut nous donner des médailles, nous tenons à prendre la parole. Notre syndicat, Acteurs Santé CFE/CGC a des propositions à faire

Nous sommes fiers de faire partie de cette communauté hospitalière qui est restée digne et efficace tout au long de cette crise sanitaire. Nous n’avons fait que notre travail. Toutefois, pour cela nous avons dû nous mobiliser, travailler en commun, réinventer le quotidien, s’adapter aux manques… à la pénurie.

Mention spéciale pour les collègues du grand Est et à ceux de la région parisienne. Ils ont repris la main dans leurs établissements respectifs. La bureaucratie a montré ses limites. Dans les autres régions, moins impactées, les directions, comme à leur habitude, n‘ont que très peu sollicités les acteurs de terrain que nous sommes, ce qui parfois nous a freiné dans notre élan de solidarité et de réactivité. Le rôle de l’encadrement de proximité dans cette crise a été encore une fois exemplaire, rien n’aurait fonctionné sans eux.

Même si la crise a été une période intense et épuisante, le soin a été le moteur, l’énergie puisée dans nos valeurs humanistes nous ont permis de tenir.

Le Ségur de la santé doit avoir pour mots clefs : service public, prévention, proximité et qualité.

Aujourd’hui nous réclamons une révision de l’ensemble des grilles indiciaires des corps et grades de la fonction publique hospitalière.

Il nous faut plus de démocratie dans nos établissements, surtout pas un retour au mandarinat. Haro au paternalisme et au pseudo management participatif ! Il n’y a rien de plus démobilisant que cela. A quand un hôpital où il fait bon travailler ?

Les ARS doivent se transformer en outils de planification sanitaire pour répondre aux besoins de la population du territoire. Ceci impose le développement d’une concertation au niveau départementale et communale avec les différents partenaires : associations d’usagers, professionnels de santé de ville et des établissements publics et privés, élus, syndicats,…

Repenser l’ensemble des parcours en amont et en aval d’une hospitalisation, développer des structures d’accueil pour les personnes les plus fragiles.

Stop à l’appauvrissement de la formation initiale infirmière, nous devons conserver le bénéfice d’une formation professionnelle centrée sur la clinique, et un haut niveau de savoirs soignants.

Attractivité rime avec qualité des soins, de l’humain au service de l’humain, respect des besoins de chacun, redonner du sens aux missions de soins aujourd’hui sacrifiées sur l’autel de la productivité !

Article suivantRead more articles